Grand hylésine des pins

Contrôle d'espèces de type Insecte
  • Ordre : Coleoptera
  • Famille : Curculionidae
  • Latin : Tomicus piniperda (L.)
  • Français : Grand hylésine des pins
  • Anglais : Pine shoot beetle
Contrôle

Introduction

Les deux fiches descriptives mentionnent le rôle de l'insecte dans la transmission de champignons de bleuissement.

Directives

  1. D-94-22 : Exigences phytosanitaires s'appliquant aux plants et produits forestiers de pin et visant à éviter l'introduction et la propagation du grand hylésine des pins
  2. D-95-11 : Exigences régissant l'exportation d'arbres de Noël coupés vers le Mexique
  3. D-96-12 : Programme de Certification des Serres aux Fins de l'Exportation de Plantes de Serre Vers les États-Unis
  4. D-98-02 : Importation et transport au Canada de plantes et de parties végétales du genre Pinus spp. pour empêcher de l'entrée et de la propagation du chancre scléroderrien, Gremmeniella abietina (Lagerb.) Morelet, variété abietina (race européenne)
  5. D-98-08 - Exigences relatives à l'entrée au Canada des matériaux d'emballage en bois produits dans toute région du monde autre que la zone continentale des États-Unis
  6. D-01-12 : Exigences phytosanitaires régissant l'importation et le transport en territoire canadien de bois de chauffage
  7. D-02-02 : Exigences Phytosanitaires Régissant l'Importation de Végétaux Avec ou Sans Racines, de Parties de Végétaux et de Végétaux en Culture In Vitro Destinés à la Plantation
  8. D-02-12 - Exigences relatives à l'importation de produits de bois non manufacturé et d'autres produits de bois non destinés à la multiplication (sauf les matériaux d'emballage en bois massif), provenant de toutes les régions autres que la partie continentale des États-Unis.

Contrôle

1. Mécanique et sylvicole

La récolte des pins qui sont affaiblis ou morts récemment, qu'il s'agisse de pins plantés dans de mauvaises conditions de sol, d'arbres altérés par les verglas, tempêtes ou autre, devrait se faire dans les meilleurs délais afin de diminuer les sites de ponte du grand hylésine du pin. La vidange des bois doit se faire avant l'émergence de l'insecte, qui plus est, il est impérieux que les bois soient transformés avant l'émergence du printemps afin de ne pas favoriser la dispersion de l'insecte dans des zones où il n'est pas présent (ISSG [N.D.]).

2. Chimique

Le chlorpyrifos, le cyfluthrin, peuvent réduire l'émergence de l'insecte (ISSG [N.D.]). Aux États-Unis, on mentionne divers produits tels bifenthrin, esfenvalerate, lamdacyhalothrin, et carbaryl, qui ne sont pas nécessairement disponibles sur le marché canadien (ISSG [N.D.]).
Certains produits de synthèse peuvent rendre les pins peu attrayants et pourraient être utilisés comme répulsifs pour certains arbres de grande valeur. Un mélange de 1-hexanol, (Z)-3-hexen-1-ol, (E)-2-hexen-1-ol, 3-octanol, et de verbenone seraient répulsif pour le grand hylésine des pins (Poland et coll. 2004).Les insecticides homologués au Canada contre les insectes foreurs des arbres ornementaux et pour les plantations d'arbres de Noël en général contiennent de la perméthrine.

Attention
Il existe une variété de produits chimiques pour lutter contre les insectes, cependant, ceux-ci peuvent être toxiques pour certaines plantes hôtes, des animaux, les êtres humains ou l'environnement en général. Plusieurs peuvent être mortels pour les humains. Pour éviter les dangers pour la santé humaine et l'environnement, le Canada a adopté la Loi sur les produits antiparasitaires (LPA) dont l'application a été confiée à l'Agence de Réglementation de la Loi Antiparasitaire (ARLA; http://www.hc-sc.gc.ca/ahc-asc/branch-dirgen/pmra-arla/index-fra.php). La catégorie d'utilisation (domestique, commerciale, agricole), les risques pour la santé et l'environnement, les conditions et les restrictions à l'utilisation de chaque pesticide sont décrits sur l'étiquette accompagnant le produit. Il est obligatoire de se conformer aux directives et conditions énoncées sur l'étiquette d'un pesticide. Les provinces peuvent aussi réglementer l'utilisation et les utilisateurs de pesticides sur leur territoire. Pour plus d'information, consulter la base de données de l'ARLA à l'adresse suivante : http://pr-rp.pmra-arla.gc.ca/portal/page?_pageid=53,33557&_dad=portal&_schema=PORTAL

3. Biologique

Aux États-Unis, le coléoptère Thanasimus formicarius (L.) a été considéré jusqu'en 1996 comme possible agent biologique contre le grand hylésine des pins. Cependant, son introduction fut reportée indéfiniment parce que les dégâts causés par le grand hylésine des pins sont encore faibles et parce que des craintes persistent sur l'effet attendu sur certains insectes indigènes (ISSG [N.D.]).

4. Génétique

Le pin d'Elliott (Pinus elliottii Engelm.) et le pin jaune (Pinus echinata P. Mill.) ont montré de la résistance au GHP (ISSG [N.D.]).

5. Les étapes d'un programme de lutte intégrée

Dans le sud de l'Ontario et au Québec (?), Tomicus piniperda semble être un insecte secondaire qui réussit à coloniser seulement les arbres qui subissent un stress (Morgan et coll. 2004). Par contre, l'insecte est associé avec divers champignons de bleuissements aux États-Unis (Jacobs et coll. 2004) et en Ontario (Hausner et coll. 2005) parmi lesquels Leptographium wingfieldii un agent pathogène exotique mortel. En France, dans la forêt d'Orléans, seulement environ 5% des grands hylésines portent ce champignon de bleuissement (Lieutier et coll. 2004). Il n'y a pas lieu se s'alarmer de cette association selon l'ISSG [N.D.]. Nous n'avons pas de taux disponible pour le Canada. Cependant, la crainte de voir l'insecte s'étendre dans les massifs naturels de pin gris incite à la prudence, ce qui explique les directives phytosanitaires de l'Agence Canadienne d'Inspection des Aliments.
La lutte intégrée se fait dans les plantations d'arbre de Noël (pin sylvestre). L'application de la lutte intégrée permet de réduite les attaques des pousses à des taux de l'ordre de 0 à 4% alors qu'ils peuvent atteindre de 28 à 67% sans lutte intégrée (ISSG [N.D.]).

• Au cours du printemps, il faut rechercher la présence d'œufs, de larves et de nymphes sous l'écorce des grumes, des souches ou des arbres sur pied affaiblis. Les dégâts causés par le grand hylésine des pins se manifestant avant ceux des espèces de scolytes indigènes, rechercher des pousses recourbées jaunes ou rougeâtres ou pousses mortes à moelle évidée sur le sol ou la présence de trous d'entrée et d'émergence et de galeries (sciure de forage) sur la tige (Humphreys et Allen 1999).
• Éliminer les arbres faibles ou mourants en prenant soin de couper les souches le plus bas possible.
• En février ou en mars, utiliser des billes pièges réparties en tas sur le sol, environ un tas de 5 rondins préférablement de pins sylvestre par hectare de plantation; renouveler les rondins progressivement à chaque mois (Abgrall et Soutrenon 1991). Inspecter les rondins pièges aux deux semaines à partir du moment où la température du jour est autour de 10°C. Détruire les rondins qui sont colonisés par le grand hylésine entre le 1er et le 20 mai (Humphreys and Allen 1999). On peut les brûler, les enfouir ou les déchiqueter.
• Une autre façon de détecter la présence du grand hylésine est d'utiliser les pièges à entonnoirs de type Lindgren® appâtés avec de l'alpha-pinène. On peut ajouter le trans-verbenol pour obtenir un meilleur piégeage selon l'ISSG ([N.D.]) et Poland et coll. (2004). Les pièges tout aussi bien que les rondins pièges doivent être disposés à bonne distance de tout pin qui serait un hôte potentiel de l'insecte (Humphreys and Allen 1999). Cependant, ces attractifs ne peuvent pas être utilisés comme outils de suppression des populations de GHP.
• L'application d'un pesticide homologué sur le feuillage et le tronc peut aider à protéger contre les attaques. Les pulvérisations doivent être effectuées tout juste avant que les nouveaux adultes émergent du matériel hôte pour infester de nouvelles pousses de pin. Le meilleur moment pour entreprendre les pulvérisations dépend du microclimat régnant dans le site, mais il se situe habituellement au début de mai. Si des morsures d'alimentation sont observées sur les nouvelles tiges, il peut être souhaitable de pulvériser un pesticide homologué sur le tronc (Humphreys and Allen 1999).
• L'application d'un pesticide homologué sur une souche exposée immédiatement avant le début de la période de vol des adultes, en février ou en mars, puis de nouveau tout juste avant la période de vol des nouveaux adultes en avril ou en mai, permet de réduire considérablement le nombre d'émergences (Humphreys et Allen 1999).

Références

Références

  1. Abgrall, J.F. et Soutrenon. A. 1991. La forêt et ses ennemis, 3ième édition. CEMAGREF Grenoble. p. 99-102.
  2. Hausner, G.; Iranpour, M.; Kim, J.-J.; Breuil, C.; Davis, C.N.; Gibb, E.A.; Reid, J.; Loewen, P.C.; Hopkin, A.A. 2005. Fungi vectored by the introduced bark beetle Tomicus piniperda in Ontario, Canada, and comments on the taxonomy of Leptographium lundbergii, Leptographium terebrantis, Leptographium truncatum, and Leptographium wingfieldii. Can. J. Bot. 83: 1222-1237.
  3. Humphreys, N. et Allen, E.A. 1999. Le grand hylésine des pins. Ressources naturelles Canada, Service canadien des forêts, Centre de foresterie du Pacifique, Victoria, C-B. Avis Concernant un Ravageur Forestier Exotique 2, 4 pp.
  4. Invasive Species Specialist Group (ISSG). [N.D.]. Management Information for Tomicus piniperda (common pine shoot beetle) http://www.issg.org/database/species/management_info.asp?si=1200&fr=1&sts=sss&lang=EN consulté le 23 février 2009.
  5. Jacobs, K,; Bergdahl, D. R.; Wingfield, M. J.; Halik, S.; Seifert, K. A.; Bright, D. E. and Wingfield, B. D. 2004. Leptographium wingfieldii introduced into North America and found associated with exotic Tomicus piniperda and native bark beetles. Mycol. Res. 108: 411-418
  6. Lieutier, F.; Yart, A.; Ye, H.; Sauvard, D. et Gallois, V. 2004. Variations in growth and virulence of Leptographium wingfieldii Morelet, a fungus associated with the bark beetle Tomicus piniperda L. Ann. For. Sci. 61 : 45–53
  7. Morgan, R.E.; De Groot, P. and Smith, S.M. 2004. Susceptibility of pine plantations to attack by the pine shoot beetle (Tomicus piniperda) in southern Ontario. Can. J. For. Res. 34: 2528-2540.
  8. Poland, T.M.; De Groot, P.; Burke, S.; Wakarchuk, D.; Haack, R.A. and Nott, R. 2004. Semiochemical disruption of the pine shoot beetle, Tomicus piniperda (Coleoptera: Scolytidae). Environm. Entomol. 33: 221-226.
Auteurs

Auteurs

Jacques Tremblay et Pierre DesRochers

Photos
  • Tomicus piniperda (L.)

    Vue latérale

  • Tomicus piniperda (L.)

    Vue latérale

  • Tomicus piniperda (L.)

    Vue dorsale

  • Tomicus piniperda (L.)

    Dommages

Date de modification :