Bostryche noir du Japon

Contrôle d'espèces de type Insecte
  • Ordre : Coleoptera
  • Famille : Curculionidae
  • Latin : Xylosandrus germanus (Blandford)
  • Français : Bostryche noir du Japon
  • Anglais : Black stem borer
Contrôle

Prévention

Les mesures de prévention qui suivent s'appliquent aux insectes perceurs de bois de façon générale. Ces insectes augmentent leur population quelques années après les phénomènes naturels tels les tempêtes, les chablis, les verglas lorsqu'il y a beaucoup de bois mort au sol.
Lors de la récolte, éviter les blessures aux arbres résiduels, de plus, maintenir la vigueur des arbres contribue aussi à limiter la population des scolytes (Katovich 2004). Il en va de même pour le débardage rapide des arbres abattus. Finalement, procéder à la récolte ou à l'élagage des arbres en automne ou en hiver contribue à minimiser l'attaque des scolytes. Pour leur part, Graf and Manser (1996) recommandent l'entreposage mouillé des grumes, l'abattage et le débardage rapides, l'empilement des billes hors forêt sur un emplacement sec et ensoleillé de même que le traitement chimique des empilements, pour prévenir le bostryche noir du Japon.

Contrôle

1. Mécanique et sylvicole

La coupe d'assainissement suivie de la vidange des arbres constitue la mesure sylvicole à employer lorsque les plantations sont attaquées par le bostryche noir du Japon. Il semble que les jeunes noyers noirs de moins de 8 ans en plantation puissent être tués par l'insecte (Katovich 2004). Pour ce qui est des bois empilés qui seraient attaqués par l'insecte, il est recommandé de couper les parties affectées et de les brûler si possible. (IMFC 2010). Par ailleurs, la technique consistant à recouvrir les empilements de neige artificielle et de copeaux de bois afin de conserver les arbres affectés par le dendroctone du pin ponderosa dans l'ouest canadien mériterait d'être envisagée lors des périodes qui suivent les grandes catastrophes naturelles telles les tempêtes, les chablis, les verglas (Whitehead et coll. 2008).

2. Chimique

Puisqu'il perce assez profondément dans le bois ([Anonyme] 2000) il est protégé contre les insecticides courants durant la majeure partie de sa vie. Les insecticides de contact peuvent s'utiliser en pépinière. Il faut synchroniser la pulvérisation du tronc avec le début du gonflement des bourgeons, la répéter, et la faire avec des insecticides présentant une longue rémanence (Oliver and Mannion 2001).
La fumigation avec l'iodure de méthyle est utilisée pour le combattre sur les bois importés au Japon (Naito et coll. 2003). D'autre part, les produits chimiques autorisés en forêt suisse n'exercent qu'un effet insuffisant, voire nul, sur les bois stockés. La cause de cet échec n'est toujours pas établie. Les produits contenant du chlorpyrifos sont encore les meilleurs, mais là encore, la protection qu'ils offrent n'est que partielle ([Anonyme] 2000). Au Canada, le bromure de méthyle, un fumigant, est homologué pour lutter contre les insectes foreurs du bois en général, les coléoptères destructeurs de bois, incluant les scolytes.
Des recherches actuellement en cours dans des pépinières et les plantations ont démontré l'efficacité de certains produits à base d'huiles essentielles de plantes aromatiques (ail, menthe poivrée, romarin, poivre blanc) et d'huiles végétales comme répulsifs contre X. germanus (Ranger et coll. 2009). Ces produits ne sont pas homologués au Canada.
Un insecticide à base de perméthrine est homologué au Canada pour lutter contre les scolytes et les insectes perceurs attaquant les arbres et les empilements de bois, à l'exception du bois de chauffage.

Attention
Il existe une variété de produits chimiques pour lutter contre les insectes, cependant, ceux-ci peuvent être toxiques pour certaines plantes hôtes, des animaux, les êtres humains ou l'environnement en général. Plusieurs peuvent être mortels pour les humains. Pour éviter les dangers pour la santé humaine et l'environnement, le Canada a adopté la Loi sur les produits antiparasitaires (LPA) dont l'application a été confiée à l'Agence de Réglementation de la Loi Antiparasitaire (ARLA; http://www.hc-sc.gc.ca/ahc-asc/branch-dirgen/pmra-arla/index-fra.php). La catégorie d'utilisation (domestique, commerciale, agricole), les risques pour la santé et l'environnement, les conditions et les restrictions à l'utilisation de chaque pesticide sont décrits sur l'étiquette accompagnant le produit. Il est obligatoire de se conformer aux directives et conditions énoncées sur l'étiquette d'un pesticide. Les provinces peuvent aussi réglementer l'utilisation et les utilisateurs de pesticides sur leur territoire. Pour plus d'information, consulter la base de données de l'ARLA à l'adresse suivante : http://pr-rp.pmra-arla.gc.ca/portal/page?_pageid=53,33557&_dad=portal&_schema=PORTAL

5. Les étapes d'un programme de lutte intégrée

La prévention est à la base d'un programme de lutte intégrée contre le bostryche noir du Japon. Les populations augmentent quelques années après le passage de désastres naturels. Toutes les mesures visant à ne pas laisser trainer les bois sur le sol contribuent à diminuer l'attaque du bostryche noir du Japon.
À l'échelle du peuplement forestier, de la plantation ou de la pépinière

  1. Procéder à l'abattage et à la vidange rapide des bois. Privilégier la récolte en automne ou en hiver et la transformation rapide des grumes (Katovich 2004).
  2. L'empilement des billes devrait se faire hors forêt sur un site sec et ensoleillé
  3. Dans les pays où cela est permis, la pulvérisation des empilements très tôt au printemps avec les produits à base de chlorpyrifos prévient l'attaque par l'insecte. Attention, l'homologation canadienne ne prévoit pas que cet insecte puisse être traité avec ce produit!
  4. La coupe d'assainissement peut être envisagée dans les plantations ou les peuplements attaqués. Le brûlage ou la sortie des produits de cette coupe sont recommandés.
  5. Particulièrement pour les pépinières ou les plantations, une pulvérisation d'insecticide de contact peut s'envisager; il faut la synchroniser avec le début du gonflement des bourgeons, la répéter, et utiliser des insecticides présentant une longue rémanence. L'émergence de la progéniture suite à la première attaque est en moyenne de 54 jours de sorte qu'il faut alors prévoir une pulvérisation supplémentaire (Oliver and Mannion 2001).À l'échelle de l'arbre d'ornement, la prévention prévoit de mettre en place les mesures visant à redonner de la vigueur à l'arbre. Au besoin on peut pulvériser un insecticide à base de perméthrine sur le tronc des arbres à protéger.

Références

Références

  1. [Anomyme]. 2000. Service phytosanitaire d'observation et d'information (SPOI). Le bostryche noir du Japon (Xylosandrus germanus). Bilan de la situation au printemps 2000. Complément du Bulletin SPOI publié en août 1991.http://www.wsl.ch/forest/wus/pbmd/artikel/snubof.html consulté le 25 février 2009.
  2. Graf, E. and Manser, P. 1996. The black timber bark beetle Xylosandrus germanus in Switzerland. / Der Schwarze Nutzholzborkenkäfer Xylosandrus germanus in der Schweiz. Holz-Zentralblatt 122: 454-454, 456. CAB Abstracts, EBSCOhost (accessed February 24, 2009).
  3. Insectes et maladies des forêts du Canada (IMFC). 2010. Pathologie forestière – Moyens de lutte. http://imfc.cfl.scf.rncan.gc.ca/maladie-disease/pathol-fra.html consulté le 11 juin 2010.
  4. Katovich, S. 2004. Black walnut in a new century, proceedings of the 6th Walnut Council research symposium; 2004 July 25-28; Lafayette, IN. Gen. Tech. Rep. NC-243. http://www.ncrs.fs.fed.us/pubs/gtr/gtr_nc243/gtr_nc243_121.pdf consulté le 25 février 2009.
  5. Naito, H., Goto, M., Ogawa, N., Soma, Y. and Kawakami, F. 2003. Effects of methyl iodide on mortality of forest insect pests. Research Bulletin of the Plant Protection Service, Japan, no. 39: 1-6. CAB Abstracts, EBSCOhost (accessed February 26, 2009).
  6. Oliver, J.B. and Mannion, C.M. 2001. Ambrosia beetle (Coleoptera: Scolytidae) species attacking chestnut and captured in ethanol-baited traps in middle Tennessee. Environm. Entomol. 30: 909-918.
  7. Ranger, C.M.; Reding, M.E.; Oliver, J. and Schultz, P. 2009. Electrophysiological and Behavioral Responses of the Ambrosia Beetle, Xylosandrus germanus, to Repellent Formulations. National Entomological Society of America Annual Meeting, December 13-16, 2009, Indianapolis, Indiana.
  8. Whitehead, R. J.; Wagner, W. L.; Nader, J. A. 2008. Storing beetle-killed logs under snow to reduce losses after mountain pine beetle attack. Information Report FI-X-003 - Canadian Wood Fibre Centre, Canadian Forest Service, Victoria, 21 pp.
Auteurs

Auteurs

Jacques Tremblay et Pierre DesRochers

Réviseurs

Réviseurs

Jan Klimaszewski

Date de modification :