Chenille à houppes rousses

Type d'insecte
  • Ordre : Lepidoptera
  • Famille : Noctuidae
  • Latin: Orgyia antiqua (L.)
  • Français : Chenille à houppes rousses
  • Anglais : Rusty tussock moth
Description

Distribution

Alberta, Colombie-Britannique, Île-du-Prince-Édouard, Manitoba, Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse, Ontario, Québec, Terre-Neuve, Territoires du Nord-Ouest

Micro-habitat(s)

Aiguille, Feuille

Dommages, symptômes et biologie

Polyphage, la chenille à houppes rousses s’attaque pratiquement à tout ce qui se trouve à sa portée et une cinquantaine de conifères et de feuillus ont été recensés comme hôtes de cet insecte. Les larves émergent à la fin du printemps et s’alimentent jusqu’à la fin de juillet ou au début d’août. Elles s’attaquent d’abord au feuillage de l’année et celui-ci ne tarde pas à brunir. Sur les conifères, plus tard dans la saison, elles consomment aussi bien les vieilles aiguilles que les nouvelles. C’est la partie supérieure du houppier qui est d’abord défoliée, puis les parties éloignées des branches inférieures.

La chenille à houppes rousses est relativement facile à identifier : elle est assez longue (une trentaine de mm), abondamment velue, elle a la tête noire, le dos gris foncé et le ventre jaune. Le corps est muni de quatre à sept touffes de poils denses et courts, de couleur blanc jaunâtre, qui sont perpendiculaires au corps et prennent naissance sur des tubercules orangés. La chenille possède aussi deux longs pinceaux noirs orientés vers l’avant et deux autres à l’arrière. Le papillon femelle n’a pas d’ailes.

Commentaires

Ce défoliateur solitaire est d’origine européenne et sa présence au Canada est connue depuis longtemps. On le retrouve d’un bout à l’autre du pays. Les flambées de l’insecte sont généralement modestes et brèves et les dommages qu’il a causés jusqu’ici ont été peu importants. Cependant, l’histoire des invasions montre qu’on a enregistré à Terre-Neuve des infestations assez spectaculaires, en particulier sur le sapin et l’épinette. Ailleurs, ses apparitions ont été sporadiques, bien que sa présence soit notable un peu partout, aussi bien au sud du Nouveau-Brunswick qu’au nord de l’Alberta. En Ontario, il apparaît pratiquement inoffensif.

Dans l’ouest canadien, la chenille à houppes rousses fait, par ailleurs, partie de la liste des ravageurs des canneberges.

Elle est souvent présente en même temps qu’une espèce qui lui est étroitement apparentée, la chenille à houppes blanches.

Information sur les hôtes

Hôte(s) principal(aux)

Conifère, feuillus

Photos
  • Orgyia antiqua (L.)

    Mâle

  • Orgyia antiqua (L.)

    Larve

  • Orgyia antiqua (L.)

    Larve

  • Orgyia antiqua (L.)

    Larve

Date de modification :