Maladie hollandaise de l'orme

Type de maladie
  • Latin : Ophiostoma ulmi (Buisman) Nannf.
  • Français : Maladie hollandaise de l'orme
  • Anglais : Dutch elm disease
  • Sous-division : Ascomycota
  • Ordre/classe : Ophiostomatales
Description

Distribution

Est du Canada

Micro-habitat(s)

Branche, Feuille, Tronc

Dommages, symptômes et biologie

La maladie hollandaise de l’orme a été introduite au Canada vers 1940. Le champignon cause un flétrissement d’origine vasculaire, provoquant le brunissement des feuilles et la mort des arbres atteints. Privées de sève et empoisonnées par les toxines du champignon, les parties affectées de l’arbre flétrissent et finissent par mourir plus ou moins rapidement, en quelques jours ou quelques années. Le champignon se développe dans les vaisseaux conducteurs de la sève, sous l’écorce de l’arbre. Les premiers symptômes de la maladie se manifestent généralement entre la mi-juin et la mi-juillet. Les feuilles des branches atteintes flétrissent, s’enroulent et se dessèchent en prenant une coloration jaunâtre ou brunâtre, mais demeurent généralement sur l’arbre. Si l’infection se produit plus tard dans la saison, la chute des feuilles suit habituellement le flétrissement. Lorsqu’on coupe une branche atteinte, on peut voir une coloration vasculaire brunâtre en forme de cerne. Sous l’écorce, le bois exposé présente de nombreuses stries brunes. La maladie est transmise par des insectes du groupe des scolytes. Les insectes creusent des galeries, sous l’écorce des arbres affaiblis, pour se reproduire. Le printemps venu, les scolytes, couverts de spores du champignon, migrent vers d’autres arbres sains pour se nourrir. Les scolytes sont responsables de la contamination de leurs nouveaux hôtes et de la propagation de la maladie. Une nouvelle maladie plus agressive, Ophiostoma novo-ulmi, a été produite par la mutation naturelle de l’ancienne maladie. Cette maladie s’est répandue à partir du Midwest américain et a remplacé la maladie introduite dans les années 40.

Commentaires

Au Québec, la maladie est présente dans toute la vallée du Saint-Laurent, où les ormes embellissaient il y a quelques années les paysages des villes et des campagnes. Depuis les années 50, dans certains secteurs, presque tous les ormes ont disparu. À Montréal, par exemple, seuls quelques-uns des 35 000 spécimens qui ornaient la ville ont survécu. Les programmes de lutte intégrée, incluant un inventaire des ormes, un suivi de leur état de santé, l’enlèvement des ormes malades et l’injection de produits chimiques dans le système racinaire ont permis de conserver les ormes dans plusieurs municipalités et institutions. Pour connaître les produits homologués pour lutter contre un insecte ou une maladie en particulier, veuillez consulter le Service de renseignements sur les pesticides de l'Agence de Réglementation de la Loi Antiparasitaire (ARLA), au numéro sans frais suivant : 1-800-267-6315.

Autres sources

Information sur les hôtes

Hôte(s) principal(aux)

Orme d'Amérique

Photos
  • Ophiostoma ulmi (Buisman) Nannf.

    Vaisseaux conducteurs infectés sous l’écorce

  • Ophiostoma ulmi (Buisman) Nannf.

    Orme affecté

  • Ophiostoma ulmi (Buisman) Nannf.

    Flétrissement des feuilles

  • Ophiostoma ulmi (Buisman) Nannf.

    Flétrissement des feuilles

Date de modification :