Callidie de l'épicéa

Type d'insecte
  • Latin: Tetropium castaneum (Linnaeus, 1758)
  • Français : Callidie de l'épicéa
  • Anglais : Black spruce beetle
  • Synonyme(s) : Lsarthron castaneum Linnaeus , Tetropium luridum Gyllenhal
Description

Distribution

Cette espèce n'est pas présente au Canada

Micro-habitat(s)

Aubier, Écorce

Dommages, symptômes et biologie

Les adultes de cette espèce ne se nourrissent pas. Ils vivent en moyenne 3 semaines, mais comme ils émergent des troncs d’arbres à différentes périodes,  on les voit voler de mai à septembre avec une préférence pour le milieu de l’été.  Sitôt émergés, les adultes sont prêts à se reproduire. Après l’accouplement, les femelles déposent leurs œufs, un à la fois ou par petits groupes,  sous des écailles de l’écorce. L’éclosion survient entre 10 et 14 jours plus tard et les jeunes larves s’enfoncent alors sous l’écorce et commencent à s’alimenter à même le cambium en pleine croissance. Cette activité produit un réseau étendu de galeries sinueuses et rapprochées d’environ 1 cm de large à la surface de l’aubier. Ces galeries contiennent des excréments d’insectes, de la sciure de couleur rougeâtre et beaucoup de filaments ligneux. Les stades larvaires sont au nombre de quatre et au quatrième stade la larve creuse un tunnel horizontal jusqu’à environ 2 à 5 cm de profondeur;  puis ce tunnel bifurque vers un plan vertical sur une distance de 3 à 4 cm pour former un crochet caractéristique en direction du pied de l’arbre.  Le tout se termine par une chambre nymphale où a lieu la transformation en insecte adulte. Les trous d’émergence des jeunes insectes ont une forme elliptique et mesurent environ 5 à 6 mm.  Le cycle vital de la callidie de l'épicéa se déroule sur une ou deux années, selon les conditions climatiques et les régions.

Cet insecte est un ravageur secondaire, c’est-à-dire qu’il s’en prend à des arbres déjà affaiblis, renversés, abattus ou endommagés par d’autres insectes ou même par le feu. Il peut s’attaquer et tuer des arbres vivants et dans des conditions optimales ses dégâts peuvent devenir importants. Les nombreuses chambres nymphales et les galeries entrecroisées qui y mènent causent des dommages physiologiques à l’arbre au cours de sa croissance. De ce fait, elles diminuent la circulation de l’eau et des éléments nutritifs nécessaires au développement de l’arbre. Les propriétés mécaniques du bois sont aussi affectées, ce qui réduit énormément sa valeur.

De plus, cet insecte est capable de transporter et d’inoculer plusieurs champignons de bleuissement, tels Grosmannia cucullata, Grosmannia penicillata, Grosmannia piceiperda, Leptographium procerum, Ophiostoma minus, Ophiostoma piceae et Ophiostoma tetropii.

Commentaires

En Europe, cet insecte peut causer des pertes économiques appréciables : on lui attribue la perte de 33 à 44 % des volumes d’âge moyen de certaines essences résineuses. Les dommages sont moindres s’il s’agit de peuplements âgés. Quand il ne tue pas les arbres vivants, il peut endommager les arbres abattus récemment. Des coupes sanitaires dans les peuplements résineux et le ramassage rapide du bois récolté ainsi que l’écorçage des bois sont les moyens les plus couramment utilisés pour limiter les dommages causés par la Callidie de l’épicéa. Au Canada, comme aux États-Unis, on craint l’arrivée de cet insecte parce qu’il  trouverait ici des conditions climatiques et des essences-hôtes propices à son établissement et à sa propagation.

References

[Anonymous]. [N.D.]. Tetropium castaneum  (L.). National Agricultural Pest Information System (NAPIS). http://ceris.purdue.edu/napis/pests/barkb/tetrocfs.html. Consulté en mars 2007.

Dobesberger, E.J. 2005. Tetropium castaneum. North American Forest Commission Exotic Forest Pest Information System (NAFC-ExFor). http://www.nafcexfor.com/. Consulté en mars 2007.

Dominik, J. 1972. Results of 20 years' observations on the damage caused by insects to some exotic species of conifers in the experimental forests of the Agricultural University at Rogow. Sylwan 116:11-18.

European and Mediterranean Plant Protection Organization (EPPO). [N.D.] Forest pests on the territories of the former USSR. O5/12249. 117 pp. http://www.eppo.org/QUARANTINE/forestry_project/EPPOforestry_project.pdf. Consulté en février 2011.

Jankowiak, R. and Kolarik, M. 2010. Diversity and pathogenicity of ophiostomatoid fungi associated with Tetropium species colonizing Picea abies in Poland. Folia Microbiol. 55:145-154.

Kolk, A.; Starzyk, J.R. 1996. Black spruce long-horn beetle - Tetropium castaneum (L.) and Brown spruce long-horn beetle - Tetropium fuscum Fabr., in Forest Pests of North America. http://www.forestpests.org/poland/blackspruce.html. Publication originale en polonais, traduction par la Dre Lidia Sukovata. Consulté en mars 2007.

LaBonte, J.R.; Mudge, A.D.; Johnson, K.J.R. 2005. Nonindigenous woodboring Coleoptera (Cerambycidae, Curculionidae: Scolytinae) new to Oregon and Washington, 1999-2002: consequences of the intracontinental movement of raw wood products and solid wood packing materials.  Proc. Entomol. Soc. Washington 107:554-564.

Novak, V.; Hrozinka, F.; Bohumil, S. 1976.  Atlas of Insects Harmful to Forest Trees. Elsevier, New York. 125 pp.

Schwenke, W. 1974.  Die Forstschädlinge Europas, Vol. 2.  Beetles. Paul Parey, Hamburg, Germany. 471 pp.

Wermelinger, B. 2004. Callidie de l'épicéa. Traduction par M. Dousse. http://www.wsl.ch/forest/wus/diag/show_singlerecord.php?TEXTID=139&MOD=1. Consulté en mars 2007.

Autres sources

Information sur les hôtes

Hôte(s) principal(aux)

épinette de Norvège

Date de modification :