Encre des chênes rouges

Type de maladie
  • Latin : Phytophthora ramorum (Pr)
  • Français : Encre des chênes rouges
  • Anglais : Ramorum blight; Sudden Oak Death
  • Ordre/classe : Stilbellales
Description

Distribution

Cette espèce n'est pas présente au Canada

Micro-habitat(s)

Dommages, symptômes et biologie

En Californie, la maladie se présente sous deux formes : une forme foliaire, qui entraîne le brunissement et le dessèchement des feuilles, lesquels surviennent dans un court laps de temps, soit deux à quatre semaines. Sous cette forme cependant, la maladie est rarement mortelle, bien qu’elle affaiblisse l’arbre et permette l’intrusion d’agents pathogènes dits secondaires. La seconde se manifeste sous forme de chancres qui apparaissent sur le tronc ou sur les branches et qui résultent d’un processus cicatriciel par lequel les tissus vivants luttent contre l’envahissement du champignon. Au début, on remarque un écoulement de sève sur l’écorce encore intacte là où il y a des dépressions ou des blessures. À un stade plus avancé, l’écorce se fendille et les chancres commencent à se former. Ces chancres ne se retrouvent pas sur de jeunes sujets de moins de 10 cm de diamètre. Ils sont brun-rouge ou presque noirs et secrètent un liquide rouge ou ambre. Ils se développent habituellement à 1 ou 2 mètres du sol, bien qu’on peut également les retrouver plus haut ou à la base du tronc. Ils entraînent fréquemment la mort de l’arbre.

Commentaires

L’encre des chênes rouges est apparue en Europe au début des années 1990 avant d’être découverte aux États-Unis en 1995. C’est une maladie virulente, qui peut tuer un chêne adulte en quelques semaines. En Californie, elle a détruit des milliers de chênes et s’est montrée très dangereuse pour une espèce en particulier, le lithocarpe (en anglais : tanoak, Lithocarpus densiflorus), chez qui elle peut infecter toutes les parties de l’arbre. On la considère comme une grave menace pour les écosystèmes forestiers de l’Amérique du Nord.

Au Canada, on a identifié trois zones où la maladie pourrait éventuellement causer des dommages importants : la Colombie-Britannique, en raison de sa proximité avec la Californie, et le sud du Québec et de l’Ontario où le chêne rouge est un hôte potentiel. Le sapin baumier, le frêne blanc et le bouleau pourraient favoriser la sporulation de l’encre et l’infection des arbres qui les entourent. En milieu naturel, l’encre des chênes rouges est pratiquement impossible à éradiquer. La forme foliaire de la maladie et la diversité des hôtes qui peuvent en devenir porteurs contribuent à la dispersion rapide des spores du champignon Phytophthora ramorum.

Bien qu’elle soit présente en Europe et en Amérique du Nord, on ne connaît pas l’origine exacte de cette maladie. En Europe, on appelle encre du chêne rouge, au singulier, une maladie semblable attribuée au Phytophthora cinnamomi et qui, apparemment, déprécie la valeur des billes sans tuer les chênes porteurs.

References

California Oak Mortality Task Force. 2007. Symptoms & Diagnosis. http://nature.berkeley.edu/comtf/html/symptoms___diagnosis.html. Accessed in 2009.

Département de la santé des forêts. 2010. Phytophthora ramorum sur mélèze, une découverte inquiétante en Angleterre. http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/phytophtora_ramorum_sur_meleze0810.pdf. Accessed December 20, 2011.

Jinek, A.; Simard, M.; Brière, S.C.; Watson, A.K.; Tweddell, R.J.; Rioux, D. 2011. Foliage susceptibility of six eastern Canadian forest tree species to Phytophthora ramorum. Can. J. Plant Pathol. 33:26-37.

Rioux, D. 2006. Sudden oak death: vigilance! Natural Resources Canada, Branching Out from the Canadian Forest Service, Laurentian Forestry Centre, No. 25, 2 pp.

Rioux, D.; Callan, B.; McKenney, D. 2006. Phytophthora ramorum : Quel est le risque pour l’Est du Canada? 98e Assemblée annuelle de la Société de protection des plantes du Québec, Résumé des communications. Phytoprotection 87:93-96.

Turbis, C.; DesRochers, P. 2007. Les ravageurs forestiers exotiques - Une menace potentielle pour les forêts du Québec. Partenariat Innovation Forêt, Québec, Publi-reportage, Progrès forestier, octobre 2007, pp. 24-25.

USDA Forest Service. National Forest Health Monitoring. 2007. http://www.fs.fed.us/foresthealth/fhm/sp/sod/sod.shtml. Accessed in 2009 and 2011.

Webber, J.F.; Mullett, M.; Brasier, C.M. 2010. Dieback and mortality of plantation Japanese larch (Larix kaempferi) associated with infection by Phytophthora ramorum. New Dis. Rep. 22:19. http://www.ndrs.org.uk/pdfs/022/NDR_022019.pdf. Accessed May 11, 2011.

Information sur les hôtes
Date de modification :