Champignon de bleuissement

Type de maladie
  • Latin : Ceratocystis polonica (Siemaszko) C. Moreau
  • Français : Champignon de bleuissement
  • Anglais : Sap stain
  • Ordre/classe : Stilbellales
Description

Distribution

Cette espèce n'est pas présente au Canada

Micro-habitat(s)

Bois

Dommages, symptômes et biologie

Lorsqu’ils sont infectés par un champignon, les conifères réagissent d’abord (mais pas toujours) en sécrétant de la résine autour des points d’intrusion. En ce qui concerne C.  polonica, cette sécrétion se fait particulièrement abondante et elle est sans doute à la mesure de la virulence du champignon. Les tissus se gorgent de résine pour contenir l’expansion du mycélium et la circulation des toxines qu’il libère. Mais C. polonica surmonte les défenses naturelles de l’arbre, même chez les arbres sains, et envahit rapidement les vaisseaux assurant la circulation de la sève. La sève circule à travers le liber (phloème) et l’aubier (xylème) : le phloème assure le transport de la sève élaborée par les feuilles, le xylème, celui de l’eau puisée dans le sol par les racines.  Cette habileté du champignon à croître dans la partie humide du bois, donc dans un milieu relativement privé d’oxygène, explique la rapidité de son intrusion et l’importance des dommages qu’il provoque. Des lésions apparaissent sous l’écorce et leurs dimensions traduisent la virulence de l’attaque. Non seulement le champignon détruit ainsi de larges portions de l’aubier, mais il envahit également le cambium ou les tissus vivants qui assurent la croissance en diamètre. C. polonica est si virulent qu’il est l’un des rares champignons de ce type à provoquer un ralentissement de la croissance en diamètre quelques semaines seulement après le début l’infection. Les lésions finissent par priver l’arbre de ses ressources; son feuillage flétrit, l’arbre se dessèche et finit par mourir. Un arbre meurt une quinzaine de semaines après une inoculation massive.

Commentaires

Ceratocystis polonica a été isolé et identifié pour la première fois en Pologne, en 1939.
Ce champignon du bleuissement, un Ascomycète, est fréquemment (mais pas toujours) associé à un scolyte, le typographe européen de l’épinette (Ips typographus L,), son principal vecteur. Parmi les nombreux champignons associés à ce scolyte, Ceratocystis polonica est certainement le plus dangereux et sans doute le plus fréquent. D’autres scolytes peuvent également être porteurs de C. polonica : Hylurgops palliatus, Ips amitinus, Ips duplicatus, Pityogenes chalcographus et Polygraphus poligraphus.

En Europe, ce champignon est responsable d’importantes mortalités chez l’épinette de Norvège, son hôte de prédilection pour laquelle il est hautement pathogène, quels que soient l’âge et la santé du sujet.

Quant au typographe européen de l’épinette, c’est une espèce agressive qui dissémine rapidement la maladie et qui est aussi associée à plusieurs autres champignons responsables du bleuissement. Il a cependant besoin, pour se reproduire et se développer, d’une certaine épaisseur d’écorce; c’est pourquoi on ne le rencontre que sur des arbres dont le diamètre dépasse 25 cm. L’insecte ayant besoin, pour son développement, d’arbres frais, abattus ou renversés par le vent, les attaques surviennent souvent après de grosses tempêtes ayant provoqué d’importants chablis.

References

Christiansen, E.; Solheim, H. 1990. The bark beetle blue stain fungus Ophiostoma polonicum can kill various spruces and Douglas fir. Eur. J. For. Pathol. 20:436-446.

Christiansen, E.; Solheim, H. 1994. Pathogenicity of five species of Ophiostoma fungi to Douglas-fir. Meddelelser-fra-Skogforsk. 47: 12 pp.

Farr, D.F.; Rossman, A.Y. [N.D.]. Fungal Databases, Systematic Mycology and Microbiology Laboratory, ARS, USDA. http://nt.ars-grin.gov/fungaldatabases/. Consulté le 20 décembre 2011.

Global Biodiversity Information Facility. Chrysomyxa abietis (Wallr.) Unger 1840. http://data.gbif.org/species/14377170/. Consulté le 14 novembre 2008.

Harrington, T.C.; Pashenova, N.V.; McNew, D.L.; Steimel, J.; Konstantinov, M.Y. 2002. Species delimitation and host specialization of Ceratocystis laricicola and C. polonica to larch and spruce. Plant Dis. 86:418-422.

Jankowiak, R.; Kolarik, M. 2010. Diversity and pathogenicity of ophiostomatoid fungi associated with Tetropium species colonizing Picea abies in Poland. Folia Microbiol. 55:145-154.

Krokene, P.; Solheim, H. 1998. Pathogenicity of four blue-stain fungi associated with aggressive and nonaggressive bark beetles. Phytopathology 88:39-44.

Lieutier, F.; Day, K.R.; Battisti, A.; Grégoire, J.-C.; Evans, H.F. (Eds.). 2007. Bark and Wood Boring Insects in Living Trees in Europe, A Synthesis. Springer, Dordrecht, The Netherlands. pp. 19-38.

North American Plant Protection Organization. 2005. Phytosanitary Alert System. Ceratocystis species. Sap stain fungi of conifers of potential quarantine concern to North America. http://www.pestalert.org/viewNewsAlert.cfm?naid=1. Consulté en septembre 2010.

Persson, Y.; Vasaitis, R.; Långström, B.; Öhrn, P.; Ihrmark, K.; Stenlid, J. 2009. Fungi vectored by the bark beetle Ips typographus following hibernation under the bark of standing trees and in the forest litter. Microb. Ecol. 58:651-659.

Sallé, A.; Monclus, R.; Yart, A.; Garcia, J.; Romary, P.; Lieutier, F. 2005. Fungal flora associated with Ips typographus: frequency, virulence, and ability to stimulate the host defence reaction in relation to insect population levels. Can. J. For. Res. 35:365-373.

Information sur les hôtes

Hôte(s) principal(aux)

Douglas vert, Épinette, Épinette blanche, Épinette de Sitka, Épinette noire, mélèze, pin, pin tordu côtier, sapin subalpin

Date de modification :