Maladie des mille chancres

Type de maladie
  • Latin : Geosmithia morbida  M. Kolarík, E. Freeland, C. Utley & Tisserat
  • Français : Maladie des mille chancres
  • Anglais : Thousand canker disease
  • Ordre/classe : Hypocreales
Description

Distribution

Cette espèce n'est pas présente au Canada

Micro-habitat(s)

Écorce, Phloème

Dommages, symptômes et biologie

La maladie des mille chancres est due à l’action combinée de deux ravageurs : un champignon appartenant au genre Geosmithia et un insecte (Pityophthorus juglandis) dont le nom anglais est walnut twig beetle, que l’on pourrait traduire par le scolyte des rameaux du noyer.

L’insecte, un minuscule scolyte brun foncé d’à peine 1,5 mm de long, creuse de nombreuses galeries à la limite de la couche interne de l’écorce, plus précisément à l’intérieur du phloème où circule la sève élaborée. Ce réseau de galeries entrave la circulation et prive l’arbre des éléments essentiels à sa croissance. Quant au champignon apporté par l’insecte, sa présence à l’intérieur des galeries entraîne la formation, sous l’écorce, de multiples chancres ou nécroses qui accélèrent le déclin de l’arbre attaqué. Au voisinage des galeries, le bois devient décoloré. L’arbre peut mourir rapidement, souvent même à l’intérieur de l’année de l’apparition des premiers symptômes. Ces derniers sont semblables à ceux que provoque une sécheresse : jaunissement et flétrissement des feuilles qui, par la suite, se mettent à brunir. Elles peuvent rester attachées à la branche après la mort de celle-ci. Les dégâts apparaissent dans un premier temps au sommet de l’arbre puis ils se développent vers le bas. Compte tenu de leur taille, les insectes sont difficiles à localiser et les trous de pénétration, tout aussi minuscules, ne peuvent être vus qu’avec une loupe. Pityophthorus juglandis est très prolifique et on a calculé qu’une génération d’insectes pouvait être produite dans un intervalle d’à peine deux mois. D’autres insectes pourraient transmettre cette maladie dans l’est de l’Amérique du Nord : Xylosandrus germanus, Xyleborinus saxesenii, Xyleborus ferrugineus, Pityophthorus lautus et Hypothenemus eruditus. Les deux premiers sont déjà présents au Canada.

Les arbres attaqués finissent souvent par présenter un second type de chancre, cette fois sur le tronc, causé par un autre champignon, Fusarium solani.

Commentaires

Dans son aire d’origine (Arizona, Californie et Nouveau-Mexique), Pityophthorus juglandis est associé à une autre espèce de noyer, en l’occurrence le noyer de l’Arizona (Juglans major). Il y cause des dégâts habituellement insuffisants pour tuer le sujet attaqué et qui se limitent aux branches de petit diamètre. Sur le noyer noir, l’insecte se montre beaucoup plus agressif. Il n’attaque pas les rameaux, mais le tronc et les branches de plus de 2 cm. Son association avec le champignon Geosmithia morbida augmente considérablement son impact et les ravages causés par la maladie des mille chancres sont importants.

La maladie préoccupe les chercheurs et les agences de surveillance pour diverses raisons : d’abord, le duo insecte champignon est capable de tuer un noyer noir de grande taille en moins d’un an; ensuite, les arbres atteints sont habituellement condamnés puisque l’apparition des premiers symptômes signifie que l’arbre est déjà fortement infesté. Enfin, le noyer noir est un arbre de grande valeur déjà en difficulté dans certaines parties du continent. De plus, cette essence originaire d’Amérique du Nord est plantée abondamment un peu partout dans le monde, notamment en Europe, car son bois, ses fruits et sa valeur esthétique la rendent attrayante.

Il existe peu de moyens efficaces de lutter contre cette maladie difficile à détecter. Les arbres atteints sont condamnés et doivent être supprimés, car ils constituent une source d’inoculum et de vecteurs. Le contrôle mécanique est efficace pour de petites populations isolées de noyers. Le contrôle de l’insecte vecteur pourrait être une avenue intéressante, mais l’efficacité des insecticides sur le scolyte est mal connue.

Le complexe insecte-maladie pourrait être propagé par les humains, lors du transport de bois de chauffage, de bois d’emballage et de palettes, de bois de sciage et de placage ou de produits de pépinière et d’horticulture (semis et porte-greffes).

References

City of Boulder, Colorado. 2008. Insect and Disease – Thousand canker disease. http://www.bouldercolorado.gov/index.php?option=com_content&task=view&id=7793&Itemid=3157#black%20walnut. Consulté le 11 décembre 2008.

City of Boulder, Colorado. 2008. Thousand canker disease – Frequently Asked Questions. http://www.bouldercolorado.gov/index.php?option=com_content&task=view&id=7801&Itemid=3157. Consulté le 11 décembre 2008.

Clark, B. 2008. Fungus New to Washington is Killing Walnut Trees. CAHNRS and WSU Extension Marketing and News, Washington State University. http://cahnrsnews.wsu.edu/reportertools/news/2008/walnut-canker-2008-11.html. Consulté le 11 décembre 2008.

Colorado State University. Pest Alert. Walnut Twig Beetle and Thousand Cankers Disease of Black Nut. http://wci.colostate.edu/Assets/pdf/WalnutDecline08.pdf. Consulté en janvier 2009.

Cranshaw, W. 2009. Thousand Cankers Disease Management in Urban Forestry. Draft. On line: http://www.coloradotrees.org/News/Thousand%20Cankers%20Disease%209-09.pdf. Consulté le 14 décembre 2011.

Farr, D.F.; Rossman, A.Y. [N.D.]. Fungal Databases, Systematic Mycology and Microbiology Laboratory, ARS, USDA. http://nt.ars-grin.gov/fungaldatabases/. Consulté le 14 décembre 2011.

Garvey, K.K. 2010. Thousand Cankers Disease Spreading; Now in East Tennessee. Univ. California, Davis, Department of Entomology, http://entomology.ucdavis.edu/news/thousandcankersdiseasespreading.html. Consulté le 2 septembre 2010.

Klimaszewski, J.; Langor, D.W.; Majka, C.G.; Bouchard, P.; Bousquet, Y.; LeSage, L.; Smetana, A.; Sylvestre, P.; Pelletier, G.; Davies, A.; DesRochers, P.; Goulet, H.; Webster, R.P.; Sweeney, J.D. 2010. Review of adventive species of Coleoptera (Insecta) recorded from eastern Canada. Pensoft Publishers, Sofia, Bulgaria. 272 pp.

Kolarík, M.; Freeland, E.; Utley, C.; Tisserat, N. 2011. Geosmithia morbida sp. nov., a new phytopathogenic species living in symbiosis with the walnut twig beetle (Pityophthorus juglandis) on Juglans in USA. Mycologia 103:325-332.

Newton, L.; Fowler, G.; Neeley, A.; Schall, R.; Takeuchi, Y. 2009. Pathway Assessment: Geosmithia sp. and Pityophthorus juglandis Blackman movement from the western into the eastern United States. United States Department of Agriculture, Animal and Plant Health Inspection Service. 50 pp.

North American Plant Protection Organization. 2008. Phytosanitary Alert System. Geosmithia sp. and Pityophthorus juglandis. http://www.pestalert.org/viewNewsAlert.cfm?naid=65. Consulté en janvier 2009.

Pscheidt, J.W. 2008. Walnut -- Black Walnut Decline, in An online Guide to Plant Disease Control, Oregon State University Extension, http://plant-disease.ippc.orst.edu/factsheet.cfm?RecordID=1505&rec_type=disease. Consulté le 11 décembre 2008.

Pscheidt, J.W.; Shaw, D. 2008. Investigation of Black Walnut Decline, 2008. 3 pp. http://www.science.oregonstate.edu/bpp/Plant_Clinic/Fungicidebooklet/2008/BLACK%20WALNUT.pdf. Consulté le 11 décembre 2008.

Tisserat, N.; Cranshaw, W.; Putnam, M.L.; Pscheidt, J.; Leslie, C.A.; Murray, M.; Hoffman, J.; Barkley, Y.; Alexander, K.; Seybold, S. J. 2011. Thousand cankers disease is widespread in black walnut in the western United States. Plant Health Progress, doi:10.1094/PHP-2011-0630-01-BR.

Information sur les hôtes
Date de modification :